Quels logiciels pour un auteur ?
Crédit image : Joseph Mucira, pixabay.com

Quels logiciels pour un auteur ?

Les logiciels et outils d’écriture sont tellement nombreux qu’on pourrait écrire des pages et des pages de présentations pour en parler (c’est d’ailleurs ce que je suis en train de faire ici). Et quand certains s’avèrent très utiles, d’autres relèvent davantage du gadget.

La première chose à savoir, c’est qu’aucun logiciel ou site web n’est indispensable, d’autant plus que tous les auteurs ne fonctionnent pas de la même manière. Ne vous sentez jamais obligés d’utiliser quoi que ce soit si ça ne vous parle pas.

Ceci étant dit, voici un petit tour d’horizon de ce que j’ai pu tester ces dernières années…

Pour construire son monde, ses personnages

Les phases d’organisation et planifications sont clairement celles où on retrouve les logiciels les plus divers et étonnants. Pour donner quelques exemples, vous trouverez de quoi générer des cartes du monde, des frises chronologiques (je me sers d’un tableur tout bête, mais il existe des logiciels dédiés), des générateurs de noms, des générateurs d’images dont on peut s’inspirer pour ses personnages (ce générateur de visages aléatoires est bluffant, mais les nombreux outils de création d’avatars sont aussi très plébiscités) et bien d’autres.
Une fois qu’on a bien procrastiné avec tout ça, il suffit de mettre toutes les recherches en vrac dans un dossier (ou ailleurs, j’utilise le logiciel de wiki Zim pour m’y retrouver) et de s’attaquer à l’écriture.

Pour écrire, parce que c’est la base, quand même

La Rolls-Royce des logiciels d’écriture, celui dont tout le monde parle, c’est Scrivener. Je l’ai mis dans la catégorie écriture, mais plusieurs auteurs s’en servent aussi pour la planification et les corrections, ses possibilités sont multiples. Je ne m’étendrai cependant pas dessus, parce que je l’ai testé sans accrocher (j’ai une façon d’écrire trop linéaire pour qu’il me soit utile) et vous trouverez de toute façon plein d’articles pour chanter ses louanges sur internet. Sachez seulement que si vous voulez l’acheter, le NaNoWrimo offre des réductions tous les ans.
Dans la même veine, j’ai aussi testé Manuskript, qui a moins de fonctionnalités, mais est libre et gratuit. On trouve aussi des outils en ligne du même type, par exemple Scribbook.
Pour en revenir à moi, je n’utilise rien de tout cela. J’ai testé plusieurs outils, mais à chaque fois, j’ai dû me rendre à l’évidence : plus il y a de menus, sous-menus, options et paramètres de mise en page, plus je procrastine en jouant avec au lieu d’écrire. Je suis donc revenue à mes débuts et à une interface épurée : LaTeXila (disponible uniquement sous linux), qui se rapproche très fortement du bloc-note de base (avec juste un peu de syntaxe LaTeX pour faire des titres de chapitres, sans se poser la question de s’ils rendraient mieux en gras, en italique ou dans une autre police de caractère). Rédiger mon texte au kilomètre sans me préoccuper de mise en page me libère l’esprit. Bon, ça suffit jusqu’aux envois éditoriaux, où il faut soigner la présentation, donc je convertis à ce moment vers du .doc ou .odt et je termine avec Libreoffice (l’équivalent libre et gratuit de Word).

Pour corriger, dans l’enthousiasme et la bonne humeur (mais si, mais si…)

À titre personnel, j’utilise Antidote pour mes corrections, comme pas mal de monde. Ce logiciel est un magnifique tout-en-un qui gère les répétitions, l’orthographe, la grammaire et les verbes faibles, qui fait dictionnaire des synonymes, qui vérifie la typographie… Seul inconvénient : son prix non négligeable.
Il est possible de se débrouiller sans, par exemple en combinant Repetition detector, grammalecte et un bon dictionnaire de synonymes (celui du CRISCO est pas mal).
Dans un cas comme dans l’autre, il ne s’agit que d’outils : vous seuls pouvez savoir si cette grosse répétition en début de page est une emphase nécessaire pour le ressenti du lecteur ou un oubli moche à corriger.

C’est tout pour les logiciels que j’ai testés, mais il en existe de nombreux autres, plus ou moins spécialisés. Pour ceux qui écriraient des fictions interactives ou des livres dont vous êtes le héros, on m’a beaucoup conseillé Twine par exemple. Donc si j’ai oublié de citer votre outil favori, n’hésitez pas à le mentionner en commentaire pour compléter !

Laisser un commentaire